vignetteLevieilhomme_

La mort du vieil homme

…Si les choses dont parle Saint Jean de la Croix son réelles, il faut admettre que c’est toute la réalité. Nos efforts de perfection, notre ascèse est une purification active : elle ne prend sons sens qu’au service de la grande purification, qui est passive.

Je répète que la grande, la seule purification, c’est au fond celle de l’orgueil, qui se fait par une série de conversions. J’ai dit que nous ne pouvons pas provoquer notre conversion : c’est pourquoi elle est toujours une purification passive.

…La purification passive, c’est tout simplement Dieu qui « intervient »… au sens chirurgical du mot. Quand on a compris cela, la pratique de la vie chrétienne ne pose plus qu’un seul problème : est-ce que j’accepte qu’Il intervienne, oui ou non ? Je vous promets de Sa part qu’Il ne vous demande rien d’autre. Seulement, il faut que ce soit lucide et sincère : il faut qu’on sache qu’il va se passer quelque chose (et qu’on l’accepte). Et il ne suffit pas de donner son consentement en général, de se soumettre en général à la volonté de Dieu : car Dieu est timide avec nous, comme tous les gens qui aiment. Il faut lui donner la permission pour cela, pour cette opération. Vous me direz : Puisque je suis prêt à me soumettre, cela devrait suffire ; pourquoi faut-il encore qu’on décide soi-même ? Voyez la Sainte Vierge : Elle avait donné sa liberté depuis toujours ; pourtant, Il a éprouvé le besoin de lui demander la permission de s’incarner : il a fallu qu’elle dise oui à cela, qu’elle dise Fiat avec cette idée précise.

Cette intervention de Dieu, c’est une assez grosse affaire. Comment nous demande-t-Il la permission ?

(Extrait du livre « Le courage d’avoir peur » de Marie-Dominique Molinié, Dominicain, aux éditions du Cerf. Chapitre La mort du vieil homme, page 115et 117)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.